xiaomi_360_camera_panorama_108P

Test – Camera Xiaomi 360 panorama wireless 1080P

Voici un test qui sort un peu de mes habitudes ZigBee. Parfois, ça fait du bien de changer un peu d’horizon et voir autre chose. Cette fois ci je teste une caméra… Je ne me m’y connais pas tellement dans le domaine… à vrai dire c’est la première fois que je teste ce type d’appareil (hors DIY).

Du coup, j’aurai une vision avec beaucoup de recul et n’espérez pas de moi un avis comparatif. Je vais plutôt regarder les entrailles de la bête et commenter la qualité de fabrication, mécanique, design électronique …

De toute manière, vous commencez à avoir l’habitude… j’aime bien comprendre comment ça marche et peut-être détourner ou exploiter certaines failles. Si vous pensiez tomber sur un test de qualité d’image, de son ou un comparatif, passez votre chemin … ou pas … c’est bien de voir autre chose 😉

Bref vous l’aurez compris, je vais ouvrir la bête !

C’est parti !

Votre note

[Total : 10    Moyenne : 3.4/5]

 

Achat

Original Xiaomi 360 Degree Panorama Wireless 1080P Smart IP Camera

Original Xiaomi 360 Degree Panorama Wireless Smart IP Camera

PRIX : €59.62

Voilà pour la partie achat. Voici les caractéristiques de l’objet :

  • Modèle : JTSXJ01CM
  • Optique : groupe de 6 lentilles, ouverture F1.8, panoramique à 360° horizontalement et environ 60° verticalement
  • Protocoles: DHCP, HTTP, IPv4, P2P, RTP, TCP, UDP
  • Connectivité :
    • WiFi IEEE 802.11 b/g/n
    • Bluetooth V4.0
  • Fonctions avancées
    • Détection de mouvement avec notification
    • Lancer un appel depuis l’application mobile
    • Lancer un appel depuis la caméra à l’aide du bouton en facade (au dessus de la led de statut)
  • Vision nocturne : 10 Leds infrarouge
  • Application mobile : Android et iOS
  • Stockage : carte micro SD jusqu’à 32GB
  • Résolution : 1920 x 1080 (1080p)
  • Entrée audio : micro interne
  • Sortie audio : oui, haut parleur interne
  • Alimentation : 5V – 1A
  • Température de fonctionnement : de -10℃ à 50℃
  • Poids : 250 g
  • Dimensions : 118x80x80 mm / 4.65×3.15×3.15 inches

A ce prix là, je trouve que c’est plutôt pas mal !

Démontage

Tout d’abord, l’aspect de la caméra est à mon goût très sympa. Elle ressemble à un petit robot / assistant et devrait très bien s’intégrer à votre maison.

Xiaomi camera 360 Xiaomi camera 360 panorama

Pour savoir ce qu’il y a dedans, j’ai retourné la caméra et enlevé l’anneau de caoutchouc lui permettant d’être bien « assis » et de ne pas glisser.

Comme suspecté, les vis sont cachées dessous.

xiaomi camera 360 caoutchouc dessous xiaomi camera 360Dessous de la caméra

Une fois délivrée de ses vis, on voit que la caméra est en deux parties :

  • L’électronique
  • La mécanique + la caméra (j’ai décidé de ne pas montrer cette partie car assez pauvre)

Les deux parties sont reliées par des connecteurs ou câbles :

electronique_xiaomi_360_camera_face_a

En rouge : l’antenne WiFi. Alors c’est pas courant comme design mais de plus en plus répandu car elle est adaptée et elle est parfaitement intégrée à l’objet.

En bleu foncé : c’est la partie alimentation avec un connecteur micro-USB et un régulateur pour délivrer du 3.3VDC.

En vert : C’est le microcontrôleur qui s’occupe de la partie WiFi. On en avait déjà parlé dans un article il me semble. C’est le Marvell 88W868X. Il est très utilisé car il est très bien documenté et qu’ils proposent un environnement déjà tout prêt à exploiter.

En rose : C’est le contrôleur Audio. On peut voir sur le dessus le petit crabe de Realtek. C’est un micro multicanales permettant aussi bien de gérer les 2 microphones de la caméra que les haut parleurs embarqués.

En jaune : C’est le cœur du système. C’est le composant central de la caméra. Ce microcontrôleur permet la gestion complète de la caméra et de ses périphériques (WiFi, Audio, RAM, ROM, …) il se nomme : S2L33M. Ce module est dédié/conçu pour les caméras. Il a été développé pour faciliter la vie des fabricants de caméras (ça se fait de plus en plus).

En bleu clair : C’est tout simplement de la mémoire flash (nand flash)

En blanc : C’est de la mémoire vive.

Sous le carré vert et le carré bleu clair, ce sont les microphones… le reste étant les connecteurs pour la partie supérieure, à savoir :

  • La caméra
  • Les haut-parleurs
  • Les moteurs pas à pas
  • Le bouton en façade

Voici maintenant la partie arrière de la carte qui laisse apparaître nos fameux « pogo pins » pour tester la carte en sortie de production.

electronique_xiaomi_360_camera_face_bArrière de la carte électronique

Sur la partie arrière, nous avons accès à tout un tas d’interfaces :

En rouge : Interface SPI

En bleu : Interface I2C

En vert : un port série

En bleu clair : un RX / TX

En jaune : c’est le connecteur de l’antenne WiFi

En rose : c’est le port SD pour une carte micro-SD

Cette face est très intéressante car toutes ces interfaces sont des points d’entrées /sorties vers la caméra. Dès que j’ai l’occasion, je branche mon oscilloscope pour scruter les signaux …

En naviguant sur la toile, je suis aussi tombé sur un github qui permet de donner accès à certains services de la caméra:

  • Telnet server
  • FTP server
  • RTSP server
  • Custom timezone
  • Custom voices

Un début de « hack » plutôt prometteur qui devrait révéler (tout comme sa petite sœur : la Xiaomi xiaofang) toutes ces capacités… Cependant, ça fait 9 mois que ça n’a pas bougé :(.

Bref, cette caméra répond bien à la signature Xiaomi. Un matériel très bien conçu et de qualité, utilisant des modules et logiciels embarqués déjà tout fait pour du time-to-market le plus court possible.

Pour plus de précision sur le fonctionnement de la caméra, je vous conseille l’article de projetsdiy.fr

Conclusion

Hormis la bonne qualité de conception, je trouve que la qualité de l’image n’est pas terrible… Alors c’est toujours la même chose, dans l’intitulé du produit, il est spécifié que c’est du 1080P, je ne suis pas sur que ce soit réellement le cas.

Concernant l’application qui permet de l’utiliser, elle rassemble toutes les fonctions usuelles de la caméra. Les commandes réagissent avec un léger décalage mais ça n’interfère pas trop dans l’utilisation de l’objet. Bien entendu, la langue utilisée (le chinois) constitue toujours un léger blocage pour nous les européens. Pas évident de naviguer sereinement entre les différents menus.

Globalement, la caméra est plutôt très bien conçue. Comme toujours avec Xiaomi, l’électronique et la mécanique est toujours soignée.

Pour moi, la partie intéressante était de comprendre comment et avec quel matériel la caméra fonctionne. Cette étude permet de mieux envisager comment hacker l’objet et étendre les possibilités. Il ne manque plus que du temps pour investiguer un peu plus (ou laisser les autres le faire ;)).

A bientôt !

 

[Total : 10    Moyenne : 3.4/5]

15 comments

  1. « En rouge : l’antenne WiFi. Alors c’est pas courant comme design mais de plus en plus répandu » en effet ce genre d’antenne souple se scotch/colle le long d’un support, pareil pour la Xiaomi XiaoFang, j’avais essayé de mettre une « vrai » antenne classqiue de 10cm mais le signal n’était pas meilleur.

    « Bref, cette caméra répond bien à la signature Xiaomi. » juste un truc, Xiaomi n’est pas forcément le concepteur de cette caméra, par exemple la Xiaomi Xiaofang n’est pas conçue par eux et ça a d’ailleurs créé un sacré problème car le constructeur d’origine (qui vend la caméra le double) avait passé un deal avec eux pour la marché Chinois, cependant ils se sont aperçus que la caméra était très exportée via les sites à la GearBest ou Banggood, du coup, étant des caméras P2P, ils ont coupé l’accés à la caméra quand on se présente depuis une IP hors Chine (si on applique le firmware FangHack on peut de nouveau utiliser la caméra mais en mode RTSP de base uniquement). Et d’ailleurs sur Banggood (pas vérifié GearBest) il est maintenant indiqué « usage en Chine uniquement ».

    Du coup je me demande combien de leurs produit sont réellement créés par eux et combien sont de simples marques blanches.

    1. Pour le chipset vidéo en effet il y a tout un tas de fabricants qui créent des puces « all-in-one » comprenant la traitement du signal vidéo, des fonction « intelligentes » comme la détection de mouvements selon plus ou moins de méthodes (avancées ou pas) plus quelques GPIO, le flux audio, réseau…, on a par exemple HiSilicon (avec la très connue série des Hi35xx), GM, Ambarella etc… qui sont ensuite couplées à un capteur CMOS (OmniVision OVxxxx, Sony IMXxxxx etc…), en fait c’est un vrai jeux de légo et sur ALiExpress on trouve de quoi se fabriquer sa propre caméra de A à Z incluant la boitier, la lentille et même le ressort ou le contre écrou M12 pour bliquer le pas de vis de la lentille pour qu’elle ne bouge plus 😉

      1. Pour l’antenne, dans mon métier, je vois de plus en plus d’antennes sur mesure de ce type et je dois dire que l’adaptation de l’antenne (quand c’est bien fait) est optimale même si elle ne ressemble à rien ;). C’est un métier à part entière. (qui me fascine d’ailleurs)

        Quand je parle de Xiaomi, en effet, j’englobe les sous fabricants. J’avais twitter y a pas longtemps, me semble t-il, que je m’y perdais pour les capteurs Xiaomi : lumi, aqara, eigenstone … et j’en passe.

        En tout cas, merci pour tes précisions, c’est toujours un plaisir d’échanger avec toi 😉

        1. Xiaomi vend de la marque blanche pas seulement pour ses caméras donc … bah peu importe du moment que ça fonctionne et que ça reste économique !

          Ces antennes me fascinent aussi mais j’ai pas le temps de me mettre à la technique pour vraiment comprendre comment ça fonctionne, pour l’instant j’ai juste compris que quelque soit la forme, c’est surtout la longueur qui compte (ha bon ? 😉 pour coller à la bonne longueur d’onde, après il y a ces histoire de demie-onde et quart-onde, je suis tombé sur qlq videos YouTube mais je manque cruellement de connaissances en radio pour vraiment piger et comme tu dis… c’est un vrai métier ! Il y a des gars qui jouent pas mal avec les antennes FPV 5Ghz aussi pour les drones et se faire des concours de qui à la plus longue (portée).

          1. Moi j’ai tenté de m’y intéressé mais au-delà de comprendre les principes de longueurs d’ondes, ce sont les design qui m’impressionnent, comment faire résonner l’antenne de cette caméra à 2.4Ghz de manière omnidirectionnelle en prenant en compte l’électronique de la carte, les normes à respecter et qui colle à la forme du boitier … c’est whouawe !
            Après les antennes classiques en F inversé, les hélicoïdales, les bâtons, OK, pas obligé d’être du métier pour reproduire une bonne antenne.
            Je pense aussi que les logiciels de design ont vachement progressé et que du coup il doit y avoir une grosse assistance automatisée pour le design d’antenne.

    1. Bon déjà je te conseil fortement une caméra qui fonctionne en USB car 5V j’en ai plusieurs de ce type en plus des 12V classiques, une Digoo M1Q et 3 Xiaomi Xiaofang, ça vaut 20€ et hop leur conso est environ 350-400mA en streaming WiFi permanent et tu ajoutes 50mA quand les LED IR sont allumées, déjà ça te donne une base pour le calcul de tes cellules solaires et batterie.

      Ensuite tu peut insérer une carte SD et les laisser en mode enregistrement autimatique en cas de mouvement mais bon ça oblige à retirer la SD et la fiabilité de leur détection est parfois pas terrible et génère plein de fausses alertes (enfin même avec les vrais softs de surveillance c’est pareil).

      Ensuite si tu programmes un Timer tu peux parfaitement te dire que la caméra ne sera allumée que le jour.

      Pour te donner une idée je tiens 24H tranquille (y compris phase de nuit en IR) avec une PowerBank USB genre 15.000mAh (attention à l’arnaque des batteries USB qui affichent des mAh à tension interne et pas 5V !!! donc pour être peinard tu retires 30% du chiffre affiché sur la boite) que je change le matin en rotation et j’ai un serveur qui enregistre le flux RTSP avec une antenne WiFi dehors pour capter le signal sans que les caméras aient besoin de traverser le mur.

  2. pour avoir eu des soucis avec ma Xiaofang ( la petite carré ) , la présence sur la carte mère de pinoches TX/RX est un plus non négligeable … ( en soudant tx/rx et avec une interface ftdi usb/serie recuperé des mes arduino ) j ai pu la reflasher …
    la reparer soi meme en accedant au linux embarqué, c est tout simplement magique 🙂

    par curiosité, a quoi ressemble une image 360° ?

  3. Bonjour a tous. Très-très novice dans le domaine électronique. Je m’y intéresse pourtant de plus en plus a la domotique, l’électronique, arduino et le IOT.

    akila, je suis ton site depuis peu et j’attends impatiemment la sortie e la ZiGate. Chapeau bas pour tont implication, toutes tes connaissances et tes partages.

    J’ai une question concernant les cameras IP prévues uniquement en wi-fi :
    Il y a t il un moyen de rajouter un « shield » ethernet et basculer entre wifi et filaire a volonté (utilisation baby camera 0% émission) ?
    Le petit cube Xiaofang me plait bien (et son prix aussi) et j’aimerais lui ajouter une sortie ethernet.
    Dans quelle mesure cela est possible ?
    Merci d’avance.

    1. Les chipset utilisés par ces caméras uniquement WiFi sont des chipset qui possèdent le plus souvent des pins pour gérer une interface réseau filaire auquel il manque juste la partie physique (parfois on vois les trous prévus à cet effet pour y souder directement les fils du RJ45) mais il peut aussi manquer la partie convertisseur de niveaux du genre H1102NL ou HST-0041SAR et là ça devient plus compliqué, généralement dans ces caméras purement wifi, par soucis d’économie et de place ce n’est pas forcément présent.

      Côté firmware par contre je pense que la partie pilote doit être présente dans tous les cas.

      1. Dans le cas de cette caméra, je n’ai pas vu de pins qui laisserai penser qu’une interface Ethernet puisse être ajouté. Niveau software, c’est quasi sur que le driver est implémenté.

        1. D’après les specs techniques le chipset Ambarella SL233M possède bien des pins pour gérer l’Ethernet mais vu que rien n’est câblé sur le PCB c’est risqué d’aller toucher à la soudure de surface du chipset et du coup faut aussi ajouter la partie convertisseur de niveaux en plus du connecteur RJ45… pas très rentable tout ça 😉

          1. Oui le SL233M est bien fourni niveau interface mais sans les signaux sur le pcb et sans conver c’est même pas la peine…

  4. Merci pour vos réponses les gars. J’ai trouvé l’idée intéressante, mais dans un autre contexte peut-être.
    Donc c’est si je comprends bien, c’est même pas la peine d’essayer, c’est ça ? De toute façon, « convertisseur de niveaux » n’est pas indexé dans mon champs de connaissances actuel.

    Je cherche une autre solution alors ? Si vous avez des idées, pour une simple camera IP filaire (sans ondes), je suis curieux d’apprendre de nouvelles choses.

    Ma seule idée est un Rpi Zero avec sa cam et une sortie Ethernet (par pins GPIO) , mais ce n’est ni aussi compact ni le même prix qu’une Xiaofang.

    akila, je ne veux pas te polluer les commentaires de cet article. Si il existe un autre endroit pour échanger sur ce genre de question annexes, je suis preneur.
    Merci a tous.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *