Soudure_CMS_pistolet_air_chaud_pate_braser

Test – Souder avec un pistolet à air chaud et pâte à braser

Depuis quelques années, l’électronique a énormément progressé et voit ses composants de plus en plus petit. En effet, de nos jours, les nouveaux composants sont de plus en plus souvent au format CMS ou SMD (Surface Mount Device). Il existe plusieurs catégories de ses composants mais certains ne peuvent pas être soudés avec un fer à souder classique. Hé oui, certains composants n’ont même pas de pattes apparentes …

J’en ai parlé dans un article précédent, certains capteurs de températures ont leurs empreintes sous le boitier.

Bref, oubliez donc l’étain et votre fer à souder et utilisez :

Le pistolet à air chaud + pâte à braser.

Dans le monde professionnel et pour faire de la production, il existe, bien entendu, d’autres méthodes mais je ne vais même pas en parler car c’est inabordable pour les particuliers (hormis peut-être les fours … :))

Le pistolet à air chaud

Il existe une multitude de pistolet à air chaud et vous pouvez faire une recherche google ou Amazon, vous en trouverez pleins et à des prix allant de 40€ à une centaine d’euros. N’étant pas prêt à me ruiner pour se genre d’outil, j’ai voulu tester le moins cher…

J’ai donc commandé le pistolet suivant :

La première chose qui m’a surpris quand j’ai déballé l’appareil, c’est son volume. Il est assez imposant et je m’attendais à un produit beaucoup plus « manipulable ». Malgré tout, ça reste quand même utilisable. Il est fourni avec quelques adaptateurs pour régler la précision du flux d’air.

Il y a 2 molettes et un écran LCD pour indiquer la température du pistolet. La première molette vous permet de sélectionner la bonne température et la deuxième, la vitesse du flux d’air.

Au début, il est compliqué de stabiliser la température voulu (450°C) alors on tourne la molette dans un sens puis dans l’autre (système ON/OFF) et on trouve enfin la bonne position. (ouf, du coup je l’ai marqué)

Le flux d’air, lui, est quasiment au minimum car s’il y a trop d’air les composants s’envolent 🙂 (remarque c’est assez pratique quand on veut dessouder ;))

Bien entendu, le pistolet ne suffit pas pour souder, il faut aussi se procurer une sorte de flux :

La pâte à braser

Cette matière est un « flux », une crème ou encore une pâte que l’on retrouve le plus souvent dans une sorte de seringue. Ce liquide est composé de micros billes d’alliage qui sous la chaleur va se fluidifier et se coller à un élément métallique, tout comme le fait l’étain sous la chaleur du fer à souder. Le flux entourant les billes, lui, va préparer les parties métalliques pour favoriser l’adhérence.

Pas trop de choix sur Amazon, du coup j’ai acheté la pâte suivante :

Attention, il y a quelques articles qui répondent à la recherche « pâte à braser » mais qui ne sont en fait qu’un espèce de gel pour nettoyer les soudures… donc rien à voir.

Test et vidéo

Pour tester le couple pistolet à air chaud + pâte à braser, J’ai choisi de faire ma démonstration sur le capteur de température/humidité/pression atmosphérique BME280 du constructeur Bosh.

La vidéo a été filmé avec mon nexus 5 en zoomant au maximum. J’ai énormément galéré à faire cette vidéo car c’est, en réalité, mon premier montage…

D’autre part, souder avec le pistolet et en filmant par dessus, ce n’était pas évident non plus. Normalement, je n’ai pas besoin de tenir le composant, il suffit de mettre le pistolet à la vertical au-dessus du composant.(Lorsque l’étain se liquéfie, le composant se place tout seul et comme il faut). Pour les besoins de la vidéo, je n’ai pas pu faire autrement.

Ce qu’il aurait fallu faire, c’est créer un « masque » sur l’empreinte du composant, mettre moins de pâte à braser et tirer le flux avec un réglé. Là, j’ai fait un peu en « mode gorée ». Malgré tout, ça fonctionne correctement pour faire un composant isolé.

Conclusion

Ce pistolet à air chaud va m’être de plus en plus indispensable. En effet, quand on voit l’empreinte des composants qui sortent des étagères, on sent que le fer à souder sera de moins en moins utilisé. D’ailleurs, il va me falloir bientôt de nouvelles mirettes ou un microscope si ça continue 🙂

Vu le prix du produit, il est évident que c’est une bonne affaire. Cependant, son gros inconvénient, c’est son volume et son poids. Pas facile à manipuler et fatiguant sur le long terme.

Bref, à acheter pour les amateurs comme moi. A éviter, je pense, pour les professionnels.

[Total : 21    Moyenne : 3/5]

6 comments

  1. Bonsoir,
    Je fais mes CI et soude SMD à la main depuis plusieurs années, et je n’ai jamais eu besoin de ce genre de matériel. L’outil « magique » est la tresse à désouder, avec une bonne loupe (ou des lunettes de lecture éventuellement) et un binoculaire (pas cher sur ebay) pour les cas difficiles.
    Je connais mes limites :
    Composants 0805
    Pas des CI: 0,65mm (0,5mm mais j’en rate un sur deux)
    Thierry

  2. Bonjour,
    perso j’utilise une station 858D, assez souvent en promo sur amazon.
    Pour placer la pâte, j’utilise un cure-dent, c’est précis et jetable…
    Sinon, avec un transparent pour vidéo-proj, je me suis fait plusieurs masques réutilisables pour les principaux composants (résistances, circuit 6/8/12 pattes, etc) et une vielle CB pour racler.
    Utilisez le bon embout (composant carré > embout carré), en soufflant par le dessus, le composant ne s’envole pas. N’appuyez pas sur le composant, car vous empêchez le flux d’air de passer dessous, et certains composant y ont des pattes (masse, par exemple).
    Pour certains composants, il est préférable de les réchauffer avant afin de ne pas faire de choc thermique. Il faut regarder les docs des fours, il y a des paliers, au pistolet, c’est pareil.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *