Carte d’interfaces pour la domotique – Installation

Dans cet article, je vais vous montrer comment j’ai interfacé mes lumières, mes volets, mes électrovannes et mes compteurs à impulsions à ma domotique. Si vous atterrissez sur cet article directement, lisez l’article précédent pour comprendre le début de l’histoire.

Les volets

Vous avez peut-être eu l’occasion de lire le test que j’ai effectué sur les modules Yokis MVR500E. Ce sont ces modules que j’ai utilisé pour piloter mes volets roulants. Ils me permettent de contrôler mes volets à l’aide de la domotique mais aussi à partir de mes interrupteurs poussoirs de manière indépendante.

Voici le montage :

domobase_yokis

Le montage est très simple. Il est identique à celui d’un interrupteur. Pour des raisons de simplicité je ne montre qu’un seul montage mais bien entendu, j’ai câblé les 6 volets de ma maison 🙂

PS : Si tous vos volets sont sur le même disjoncteur, n’hésitez pas à faire des ponts avec la phase sur les connecteurs pour ne câbler que la commande (ça vous fera des économies de câblage mais aussi moins d’accumulation de fils à votre domobase.)

Les électrovannes

Je ne vais pas rentrer dans le détails de la « domotisation » d’un jardin avec électrovannes, (je ferai d’ailleurs un article consacré au sujet).

Sachez tout de même qu’il vous faut :

domobase_electrovannes

Les compteurs impulsions

Les compteurs d’énergies à impulsions sont des appareils dit « intrusifs« . Ceux que je vais vous montrer, sont des compteurs monophasés 32A module 1U sur rail DIN. Ils sont utilisés pour contrôler la consommation d’énergie (électricité) de certains usages, comme machine à laver, sèche-linge, éclairage, multimédia, chauffage, chauffe-eau, etc… Attention, ils ne conviennent pas pour la consommation générale (32A c’est juste pour la maison entière.)

Ces compteurs se placent juste après votre disjoncteur.

Phase et neutre sur les deux bornes d’entrées du compteur puis phase et neutre des bornes de sorties vers l' »usage ». (Attention, en fonction du constructeur, les entrées sorties ne se trouvent pas au même endroit)

Exemple de compteur d’énergie à impulsions

Bien entendu, ces manipulations sont à faire HORS TENSION 220v !

Le branchement des impulsions sur la domobase est très simple. Sur tout compteur d’énergie, il existe deux plots « S20- » et « S21+ » qui sont des sorties collecteurs ouverts.

Il suffit de connecter les deux fils sur l’entrée comptage de la domobase comme suit:

domobase_compteur_energie_impulsion

L’éclairage

La partie éclairage est la plus complexe car, en général, on souhaite piloter (sorties) mais aussi avoir l’état (entrées) d’un point de lumière. Du coup, 1 point d’éclairage = 1 entrée + 1 sortie. C’est l’un des arguments qui fait qu’il est très important d’avoir le plus d’entrées / sorties disponibles sinon vous serez vite limités.

Avant toute chose, pour piloter votre éclairage, il va falloir faire des modifications au niveau électrique. Il est indispensable d’acheter ce que l’on appelle un télérupteur.

Il existe plusieurs types de télérupteurs. unipolaire/bipolaire, 220v/24v ….

Le tout est de trouver celui qui convient à votre installation électrique. Si vous partez de zéro (nouvelle installation) et que vous voulez intégrer la domobase dans votre système domotique, je vous recommande un télérupteur bipolaire 24V qui vous permettra de piloter et d’avoir un retour d’état sur le pôle 24V. (la domobase est compatible 24v).

Sur mon installation, c’était plus galère car j’ai acheté des télérupteur unipolaire 220v.

Autrement dit, en plus de l’achat des télérupteurs j’ai dû acheter des relais et des alimentations (pour transformer du 220v en 5v). C’est pas génial, mais ça marche très bien. A l’avenir, je changerai sûrement mes télérupteurs.

Enfin, vous devrez utiliser des interrupteurs type poussoir.

domobase_eclairage

A noter, comme dans tous les cas, qu’aucun usage n’est dépendant de la carte. Tout a été pensé pour que si une panne de la domotique devait arriver, elle ne remettrait pas en cause le fonctionnement « normal » de votre maison.

Conclusion

Voilà un exemple d’installation qui peut-être réalisé avec cette carte « Domobase« . Bien entendu, cette installation nécessite des modifications électriques si vous avez déjà un existant et une augmentation de votre budget électrique. (télérupteurs, boutons poussoirs (si rénovation), yokis …). Cependant, il est évident que cela reviendra moins cher qu’une installation domotique à base de z-wave ou autre.

La fiabilité de ce système (exclusivement filaire) est aussi un plus en comparaison avec les systèmes sans-fils.

Évidemment, L’inconvénient reste la mise en œuvre de la solution mais pour les bricoleurs et ceux qui aiment faire les choses soi-même, ça ne devrait pas être un problème.

Une fois l’installation faite, il ne reste plus qu’à interfacer la carte avec une RaspberryPi (par exemple) à l’aide de l’USB de la carte. Elle sera reconnue en tant que modem sur votre Linux (/dev/ttyAMAO) et il suffira d’envoyer des commandes AT pour la piloter.

C’est ce que nous verrons dans le prochain article. Je vous partagerai le protocole (les commandes) ainsi que le plugin Jeedom. La boucle sera alors bouclée.

 

 

[Total : 1    Moyenne : 5/5]

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *